la griffe du chien 🐶 wouf

La création

Comme je l’ai récemment jappé, la connaissance n’a de valeur que si elle sert la sagesse. Chiens papivores, mettez de côté vos livres et plongez dans vos perceptions. Il n’y a que vos sens qui ne soient pas trompeurs!

La sagesse n’est toutefois pas le sommet de votre développement, car elle a un vilain défaut : celui d’être satisfaisante. Bien que le sage se connaisse lui-même, il risque de sombrer dans la suffisance et la paresse. S’il ne quitte pas sa caverne, il privera le monde de ses découvertes. À quoi bon un feu qui ne réchauffe personne?

Le récent sage verra que ses actions n’étaient auparavant motivées que par la recherche du plaisir et la fuite de l’inconfort. Maintenant aux prises avec une complaisance indétrônable, comment peut-il retrouver l’intention d’agir?

L’être – ou plutôt le non-être – satisfait ne peut avoir que deux motivations : la compassion ou la création. C’est justement par compassion que le sage sera amené à la création, car il y verra la seule façon de partager sa liberté. C’est par la créativité que sa sagesse fleurira, et c’est aussi grâce à cette dernière que sa création transcendera le bête divertissement.

La création est la plus noble des pratiques, mais ne vous y précipitez pas. Votre créativité doit être la cerise couronnant votre développement, et non sa fondation. Trop souvent, ceux incapables de connaissance se réfugient vers la créativité, croyant qu’elle sera hospitalière à leur incompétence. Si vous n’appuyez pas votre créativité sur le savoir, elle ne sera qu’un témoignage de vos lacunes techniques.

Ne cherchez pas la créativité. Laissez-la fleurir jusqu’à ce que vous ne puissiez plus la contenir. Le vrai créateur ne s’exprime pas par désir, mais par nécessité, comme un pommier offrant ses fruits. Surmontez-vous jusqu’à ce que vous débordiez ; voilà ce que doit être votre création.

Honneur à celle qui dédie son génie à la création d’un nouveau monde, c’est la vocation suprême de l’intelligence.



Inscris-toi : email